2021-03-22 20_23_55-Saison culturelle 20

Exposition reportée en mai/juin 2022

Projet de sauvegarde d’un dessin de Marcelle Gallois, du début du XXème siècle : « Scène de rue »

Scène_de_rue_avec_32_personnages_2.jpg

« Scène de rue » est un projet de décoration au crayon gras, encre de Chine, aquarelle et gouache, sur papier, probablement pour un escalier à Montpellier, composé de 32 personnages. Il fait partie de nos priorités actuelles. Il est typique de la première période de Marcelle/Geneviève Gallois. Elle est alors une jeune artiste prometteuse qui expose au Salon des humoristes entre 1911 et 1915 et publie dans des revues de presse satirique. C’est une œuvre rare par ses dimensions : 4,80m x 63 cm. Elle a été exposée deux fois, à Rouen en 2004 et Belfort en 2015. On ne connaît qu’un autre dessin de cette taille, actuellement conservé dans l’abbaye de Jouques, intitulé : Le bassin des Tuileries.

Dans cette œuvre, Marcelle Gallois manifeste son sens du mouvement et son intérêt pour les scènes colorées et vivantes de rue où se côtoient militaires, religieuses, petits artisans aux métiers aujourd’hui disparus comme celui de réparateur de parapluie. Les traits sont vifs, la palette, quoique restreinte à quelques couleurs (marron, bleu, un peu de rouge et de blanc), donne à l’ensemble une grande puissance esthétique. Ce regard plein d'humanité sur ses contemporains la rattache à l’art de Toulouse Lautrec et de Jean Louis Forain.

Même si cette œuvre est exposée actuellement sur un mur sain, à l’abri des courants d’air, elle est présentée sans verre de protection. Elle a été contrecollée sur un tissu très fin et suspendue telle quelle, rigidifiée uniquement par les baguettes de bois l'entourant, au moment de sa vente en 1975. La lumière, la poussière, l'humidité... constituent donc des dangers qui pourraient la voir disparaître !

Ses dimensions exceptionnelles nous obligent à faire appel à un encadreur spécialisé afin de la protéger de façon pérenne. Par ailleurs une restauration s’impose auparavant, pour dépoussiérer l’œuvre, la nettoyer, la doubler par un papier Japon qui évitera qu'elle gondole et la consolidera … Autant de travaux qui dépassent largement le budget de notre association.

Nous avons donc décidé de présenter cette œuvre au prix du patrimoine du Pèlerin.